Forum en hiatus... Pour x temps.

Partagez | 
 

 [Chez Kiyo]The sleepy beauty... and Gary Stu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hasegawa Azuki

avatar
Fondatrice

Age (joueur) : 25
Date d'inscription : 17/12/2010
Messages : 376


Feuille de personnage
Level: 4
Capacité: Teleporter
Ecole: Majiru

MessageSujet: [Chez Kiyo]The sleepy beauty... and Gary Stu.   Mer 8 Juin - 23:50



Qu’est-elle donc en train de faire ? A vrai dire, elle se le demandait bien elle-même. Enfin si, en soit elle le savait bien : elle était assise sur le palier de la porte du dojo… Mais dans le fond, Azuki se demandait encore ce qui lui avait pris de venir ici alors que Kiyoshige allait encore resté une bonne heure là-dedans. Il faut dire que pendant toute l’heure qui avait suivit, après qu’elle ait abandonné le garçon pour aller chercher son survêtement ; les produits chimiques du jus de fruit avaient persisté malgré les efforts monstres qu’elle avait fourni à frotter la tâche. Et oui, le joli colorant orangé semblait s’être installé sur le chemisier, décidé à y rester, et les toilettes pour filles ne disposaient de toute évidence pas l’équipement nécessaire pour s’en débarrasser… Tant pis, elle tenterait sa seconde chance une fois au dortoir. C’était donc dans un splendide pull rouge qu’elle avait passé l’heure de littérature, même si en faite, cette contrariété esthétique ne la dérangeait pas plus que cela, son esprit était largement plus tourné vers ce qui suivrait « après le kendo ». Toute rêveuse, elle avouait ne pas avoir vraiment suivi le cours du professeur, mais ce n’était qu’un détail face à ce qui l’attendait. Et donc, après avoir fait un rapide détour dans sa chambre pour se changer et enfiler autre chose que son uniforme tâché -qui se trouvait être un gros pull bleu pâle et un short gris sur des collants à carreaux-, elle se rendit en quelques bonds au dojo, pressée de revoir son cher et tendre, un peu trop même.

Voilà pourquoi elle attendait comme une idiote devant la porte, sans savoir quoi faire, et certaine que ses craintes d’être prise pour une stalkeuse ne se confirment qu’un peu plus. Bien sûr, elle avait un plan ! Il était simple, mais quasiment impossible d’échouer ! Quand elle entendrait un peu de bruit s’approchant, signifiant de toute évidence que le club prenait fin, elle se téléporterait un peu plus loin, et feindrait d’être tout juste arrivée ! Ainsi, pas de stalkeuse, juste une personne assez ponctuelle ! C’était donc parfait ! Il faut dire que durant cette longue heure dans le froid de l’hiver, elle avait bien pu réfléchir à un plan malgré les regards soucieux des quelques passants, heureusement que ce n’était que des personnes extérieures à l’école, les élèves n’ayant pas de club étant rentrés, et ceux en ayant y seraient… Car « Hasegawa-san » qui attend seule comme un clodo, ça n’a rien de cool. C’est ainsi qu’elle pensa à des choses et d’autres durant les minutes qui suivaient, se ressemblaient, ne se dissociaient plus, notamment à comment pourrait éventuellement se passer le moment où ils seraient dans la chambre de Kiyo : elle ne comprendrait certainement rien, et lui, lui expliquerait tout tranquillement, et ainsi tout s’illuminerait dans son esprit ! Et puis, il lui proposerait de boire du thé, et ils converseraient gentiment dans l’insouciance la plus totale. Oui, ça devait être ça !

Évidemment, vous pourriez certainement imaginer le reste avec une certaine aisance… Car effectivement, « Hasegawa-san » a toujours été assez mauvaise en perception psychique, notamment en la prévision d’un futur immédiat, ou encore tout simplement en conception de plan plus ou moins assez élaboré… -même si le sien restait vraiment trivial…-. Son plan échoua, disons, de façon assez lamentable. Il faut dire que le terme « quasiment » dans l’expression « quasiment impossible d’échouer » est là pour ça. Sinon ce serait bien trop facile pour elle, et pas assez marrant pour vous lecteurs, n’est-ce pas ? La demoiselle s’était endormie. Pouf ! Oui, comme ça, en étant assise à même le sol, un peu trop rêveuse sur le coup, trop fatiguée certainement, elle s’assoupit doucement, sans un bruit, presque adorablement, la tête penchée vers l’avant, voilée par sa masse de cheveux couleur ébène, attendant patiemment l’arrivée de son beau prince charmant, comme une enfant.

Revenir en haut Aller en bas
http://gakuen-toshi.forumactif.com/forum
Ogasawara Kiyoshige

avatar
Level 5

Date d'inscription : 03/01/2011
Messages : 6


MessageSujet: Re: [Chez Kiyo]The sleepy beauty... and Gary Stu.   Dim 12 Juin - 20:40

Même les désagréments les plus longs peuvent avoir leur revers positif: en l'occurrence, à ce moment précis Kiyoshige se félicitait de ses années d'entraînement forcé, qui lui avaient permis d'accumuler une expérience qui lui conférait à présent le droit -qui pour certains de ses confrères relevait plutôt de la corvée, mais qui pour lui représentait un réel soulagement- de se dispenser d'affrontements pour arbitrer ceux des plus jeunes membres du club. Bien entendu, sa réticence à combattre n'avait rien à voir avec une quelconque forme d'appréhension, mais s'apparentait plutôt à une forme de lassitude particulièrement soutenue. Le kendô avait toujours fait partie de ses activités quotidiennes, et, tout comme on en vient parfois à lire machinalement sans réellement assimiler les informations contenues dans un texte, les combats ne stimulaient rien chez le jeune homme, ni réflexion, ni exaltation, ni quoi que ce soit d'autre.
Il appréciait donc lorsqu'une occasion d'arbitrer se présentait, ce qui se produisait plus ou moins régulièrement, puisque cette tâche ne pouvait incomber qu'aux membres du club les plus expérimentés.

En conséquence, la séance passa relativement vite, à la grande satisfaction du l'étudiant, qui n'en attendait que la fin. Comme à l'accoutumée il participa activement au rangement du matériel et échangea quelques mots avec ses camarades tout en se changeant hâtivement, avant de quitter le vestiaire le premier. Ce qui d'ailleurs était aussi une habitude pour lui. C'est donc tout machinalement qu'il ouvrit la porte du dôjô et s'engagea dehors pour rentrer chez lui, sans vraiment prêter attention au froid qui de toute façon n'était pas une surprise en cette saison, ni à Azuki assise par terre au bord du trottoir.

Azuki assise par terre au bord du trottoir?!, s'étrangla mentalement Kiyoshige en rebroussant, chemin d'un bond. Il s'accroupit, laissant négligemment tomber son sac au sol, et écarta les mèches de cheveux, qui formaient une nouvelle fois un léger rideau opaque, mais même sans cette entrave l'obscurité ambiante permettait juste de distinguer que la jeune fille avait les yeux fermés. Constructif. Comme elle ne semblait pas se réveiller immédiatement, il lui tâta le front du plat de la main, et ne put que constater que celui-ci était glacé... Ce qui ne voulait certainement pas dire qu'elle n'avait pas ou n'allait pas avoir de fièvre mais en revanche indiquait assez clairement qu'elle avait passé un moment dehors. Combien de temps avait-elle pu passer là, elle n'était quand même pas venue dès la fin des cours..?


“Azuki?”, appela-t-il, légèrement hésitant, espérant tout de même que ce serait suffisant pour la réveiller.

Il saisit les mains de la jeune fille, qui étaient raidies et aussi froides que son front, voire encore plus. Et bien entendu, conformément aux mystères et autres énigmes de la logique féminine, bien qu'ayant quitté sa jupe d'uniforme, elle portait un short. En plein hiver. Trop inquiet sur le moment pour apprécier toute l'ironie de ce détail vestimentaire et sachant pertinemment que cette question lui resterait insoluble, il s'appliqua plutôt à chercher quelque chose qui puisse tenir chaud à sa camarade. Dans son sac, il n'avait que son kendogi et son hakama, pas tellement efficaces donc, et sales de surcroît. S'il s'attardait à réfléchir, elle allait réellement finir par se congeler. Il ôta son manteau et le déposa comme une couverture. Au contact du tissu chaud, Azuki gigota et émit un grognement fébrile. Elle n'avait pas encore ouvert les yeux, mais était vraisemblablement en train de se réveiller. Kiyoshige l'observa donc avec toute son attention, prêt à agir dès que nécessaire. Agir pour faire quoi, il n'en avait aucune idée, mais il se tenait sur ses gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Hasegawa Azuki

avatar
Fondatrice

Age (joueur) : 25
Date d'inscription : 17/12/2010
Messages : 376


Feuille de personnage
Level: 4
Capacité: Teleporter
Ecole: Majiru

MessageSujet: Re: [Chez Kiyo]The sleepy beauty... and Gary Stu.   Ven 17 Juin - 10:36



N’allez pas croire que s’endormir sur le bord du trottoir était l’un des passe-temps favoris d’Azuki et qu’elle s’en allait s’occuper à cette activité dès les cours finis ! Non, évidemment que non. Elle, c’était plutôt courir sur les délinquants, se perfectionner au club de taekwondo, aller prendre un thé avec Miki, se promener avec Kiyo, ce genre de choses plutôt. Des trucs disons, un peu plus normaux que de squatter les rues et d’en faire son lit. Néanmoins, cela peut arriver non ? De s’assoupir ne serait-ce qu’un instant –ok une heure…- ? En plein hiver… Bon, ça devenait inquiétant. Mais ne vous inquiétez pas, elle n’avait pas réellement froid. Armée de son pull et de ses collants, seulement un dixième du froid réussissait à s’y infiltrer. Après, il était normal que son visage et autres parties découvertes en subissaient certaines conséquences de cette saison hivernale.

S’évadant alors gentiment vers le monde des rêves, l’heure défila tranquillement sans qu’elle ne s’en rende réellement compte, jusqu’à ce qu’on puisse entendre les membres du club se préparer à sortir pour rentrer chez eux. C’était en effet à cet instant qu’elle était supposée se dépêcher de se cacher… Evidemment, bien trop confortablement installée dans son sommeil qui s’épaississait au fur et mesure que les minutes passaient, elle ne put agir et préféra rester devant l’entrée. –Enfin « préférer » disons qu’elle n’avait pas vraiment le choix sur le coup-
Alors que son prince charmant, resplendissant après tant d’efforts physiques –supposons- s’approchait dans toute la grâce dont il était doté, appela dans sa douce voix mélodieuse le nom de la jeune fille, cette dernière n’y fit point attention, certainement trop concentrée à affronter le dragon du donjon. Réessayez donc mon prince … ? Celui-ci, dans une grande bienveillance, sacrifia son bien-être pour offrir à la douce princesse endormie, son manteau qui offrait 100 PV, et 89 SP ! Azuki, se sentant alors submergée par une puissance nouvelle, se mit alors à gigoter légèrement, peu habituée à un équipement de si haut niveau. Alors, mettant un kick au monstre, elle se sentit soudainement prête à affronter toutes les créatures dans les parages, jusqu’à ce qu’un gnome vint à la bousculer. De façon plus commune, disons qu’une personne du club venait de la heurter, n’ayant pas vu la demoiselle endormie. Dans un sursaut, les yeux encore brouillés, elle le frappa violemment par un coup de pied : « Nah mais fait attention et laisse les gens affron… »

S’étouffant devant le décor environnant qui se dessinait lentement devant elle, elle s’y attarda légèrement. Une rue, le dojo, pas de donjon… Mais… Où était donc ces petites bestioles ailées totalement envoûtantes, ces braves chevaliers qui risquaient leur vie en combattant des bêtes qui faisaient trois fois leurs tailles, les mages qui soignaient gracieusement leurs alliés… C’était… La réalité..?

« Kiyo ? » interrogea-t-elle, tout juste consciente du lieu où elle se trouvait. Voyant que l’armure qu’elle portait juste avant n’était en faite qu’un manteau, qu’elle se sentait en faite envahie de la chaleur de celui-ci et non d’une puissance dévastatrice… Et qu’elle s’était assoupie par terre… Hein ? Ramenant le vêtement sur ses épaules, légèrement paniquée, elle fut prise d’un vif rougissement au niveau des joues, complètement honteuse de la façon dont elle se présentait à lui, et encore plus quand elle se rendit compte qu’il avait enlevé son manteau pour le lui donner. Encore embarrassée, elle l’ôta pour le rendre à son propriétaire.

« Je… Euh… Merci… Mais je vais bien… » Dépourvue par la situation, elle voulut passer rapidement à autre chose avant que Kiyoshige ne dévoile son inquiétude réelle. Après tout, elle n’avait pas si froid, et son rêve était plutôt sympa, enfin, ridicule si elle le racontait à qui que ce soit, mais sympa. Elle le questionna donc pour partir : « On… y va ? ». Son visage dessinait un sourire qui ne se pouvait que factice, même si elle ne l’avait réellement voulu, totalement prête à se retourner pour partir dans la bonne direction.



« Don’t let my romance become like Juliet’s tragedy.


Absente jusqu'au 3 septembre o/
Revenir en haut Aller en bas
http://gakuen-toshi.forumactif.com/forum
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Chez Kiyo]The sleepy beauty... and Gary Stu.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Chez Kiyo]The sleepy beauty... and Gary Stu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
||A certain special city : Gakuen Toshi :: » Dortoirs de Majiru-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit